C’est dans la boîte !

VIDÉOS | PODCASTS


LIVE-IN LAB 2020

Intelligence Artificielle et objets connectés

Début février 2020, La Rotonde a proposé sa 3e édition Live-in Lab avec deux journées consacrées à l’IA pour tout public mais aussi à des collégiens et lycéens dans le cadre du dispositif SchooLab.
Des chercheurs du département Informatique et Systèmes Intelligents de l’institut Fayol – Mines Saint-Étienne ont relevé le défi de concevoir et d’animer des ateliers thématiques.

Rencontre et échange entre Xavier Serpaggi, ingénieur de recherche et des élèves du lycée Étienne Mimard autour des objets connectés.

 

L’intelligence Artificielle – Connaissances et déductions

Après avoir suivi l’atelier Objets connectés, les lycéens découvrent que, tout comme l’humain, les programmes informatiques doivent être nourris de connaissances pour tirer des déductions.

Un atelier mis en place par Antoine Zimmermann, enseignant-chercheur du département Informatique et Systèmes Intelligents de l’Institut Henri Fayol École des Mines de Saint-Étienne / Connected Intelligence – Laboratoire Hubert Curien.

 

PODCASTS | VIDÉOS


Jacques Testard : biologiste et critique de sciences

Accéder au podcast


Après une rencontre avec des lycées et avant une soirée ciné-débat, Jacques Testart fait une halte à La Rotonde, au micro de TramWeb, pour parler de son parcours, de son évolution, de ses engagements,…

En complément

Comme le critique d’art ou le critique littéraire, le critique de science, qui n’est absolument pas un ennemi de la science, s’autorise à porter des jugements plutôt qu’applaudir toutes les productions de laboratoire ». Cette revendication de Jean-Marc Lévy-Leblond, Jacques Testart l’a fait sienne depuis plus de 30 ans.

Critique de sciences, il dénonce les dérives des technosciences dont le citoyen doit impérativement s’emparer pour en délimiter les frontières infranchissables et décider des axes scientifiques prioritaires.

Biologiste de la procréation humaine, Jacques Testart a réalisé, avec son équipe, la fécondation in vitro qui, en 1982, donnait vie à Amandine, premier “bébé éprouvette” né en France.

Tout en poursuivant ses recherches, il s’inquiète, dès 1986, de la mise au point du “diagnostic préimplantatoire” (réalisé en Angleterre en 1990), et des risques qu’il entraîne de possibles « tris des embryons selon des critères sans limites ».

En 1986, Jacques Testart lance donc une “alerte éthique” pour mettre en garde contre la relance d’un nouvel eugénisme rendu possible par les progrès techniques. Le scientifique se fait alors en même temps “critique de science”.

En 1988, il est l’un des 17 chercheurs de toutes disciplines qui signent le Manifeste “Maîtriser la science”

En 1999, Jacques Testart participe à la création de l’association Inf’OGM – Veille citoyenne sur les OGM, qui décrypte l’actualité mondiale sur les organismes génétiquement modifiés et les biotechnologies.

En 2002 est créée la Fondation Sciences Citoyennes dont il est alors le président. Dans l’entretien qu’il accorde à TramWeb, Jacques Testard précise ce que sont les conventions des citoyens dont le processus, basé sur le volontariat et l’absence de conflit d’intérêt, permet aux citoyens de participer activement aux « choix éthiques en amont des innovations plutôt qu’au moment de leur utilisation » (extrait de l’ouvrage collectif « Labo Planète ou comment 2030 se prépare sans les citoyens »).

 

 

Compter d’accord !… Mais jusqu’où ?

Accéder au podcast


À cette question de Timothé (7 ans) répond Rodolphe Le Riche, enseignant chercheur du département Génie mathématique et industriel de l’institut Fayol –  Mines St-Etienne